Airscan calcule et améliore la qualité de l’air au travail

Bruxelles, le 6 mars 2018 – Airscan, une nouvelle spin-off du bureau indépendant de conseil climatique CO2Logic, aide les entreprises qui souhaitent offrir à leurs collaborateurs une meilleure qualité de l’air au travail. La qualité de l’air intérieur a une influence directe sur notre santé, nos performances et notre motivation. En se concentrant sur le calcul et l’amélioration de la qualité de l’air intérieur, Airscan souhaite avoir un impact positif sur le développement durable, en respectant la santé de chacun.

Nous passons 80 % à 90 % de notre temps à l’intérieur, dont environ 60 % au travail. Pourtant, la qualité de l’air intérieur est deux à cinq fois moins bonne que celle de l’air extérieur. Dans certains cas, elle est même cent fois plus mauvaise que la qualité de l’air extérieur. C’est ce qu’affirment l’Agence américaine de protection de l’environnement (Environmental Protection Agency – EEA) et l’Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Selon l’EEA, en 2016, la pollution atmosphérique dans l’Union européenne a été à l’origine de 450.000 décès précoces. De plus, la Commission européenne a fait savoir que le coût européen du bien-être lié aux maladies professionnelles dues à une mauvaise qualité de l’air oscille entre 330 milliards et 940 milliards d’euros par an.

« La qualité de l’air est un sujet particulièrement actuel, qui a un impact direct sur la qualité de l’air intérieur », déclare Antoine Geerinckx, fondateur d’Airscan. « Comprendre et contrôler les agents qui polluent fréquemment l’air intérieur, comme les composés organiques volatils, le formaldéhyde, le dioxyde de carbone, les particules fines, les pesticides, le radon, le benzène…, aide à réduire le risque de problèmes de santé à l’intérieur. »

Les symptômes indiquant une mauvaise qualité de l’air intérieur sont nombreux : toux, éternuements, yeux larmoyants, fatigue, vertiges, maux de tête, congestion des voies respiratoires supérieures… « Ces symptômes varient toutefois en fonction du type de pollution et peuvent souvent être mal interprétés comme des symptômes d’autres affections comme les allergies, le stress, un rhume ou la grippe. Ils peuvent généralement être traités rapidement, mais s’ils se manifestent plus longtemps, cela peut avoir de graves conséquences sur la santé. Ces affections, comme les affections des voies respiratoires, du cœur, du foie ou des reins, du système nerveux central ou même du cancer peuvent cependant engager le pronostic vital ou être fatales à terme. C’est pourquoi il est recommandé d’améliorer la qualité de l’air intérieur au travail ou à la maison, même si ces symptômes ne sont pas immédiatement visibles », précise Antoine Geerinckx.

Nanotechnologie unique
La technologie qu’utilise Airscan pour contrôler la qualité de l’air intérieur peut mesurer en temps réel les valeurs de CO2, la quantité de composés organiques volatils, de PM2.5, de PM10 et de formaldéhyde, l’hygrométrie et la température. La plupart des organisations n’ont pas conscience du fait que les substances polluantes indiquées en gras ont un impact direct sur la santé, les performances et les absences.

Il existe déjà divers moyens pour calculer la qualité de l’air intérieur (IAQ), mais Airscan utilise une nanotechnologie unique, si bien qu’une analyse en laboratoire devient superflue. L’appareil de mesure est le fruit de dix ans de recherche du célèbre Institut français CNRS. « Comme les gens passent beaucoup de temps à l’intérieur, nous sommes convaincus, chez Airscan, qu’il incombe aux décideurs du secteur privé et public d’aider les entreprises et les organisations à améliorer la qualité de leur air intérieur. Ceci doit être considéré comme une mesure de prévention en termes de sécurité et de santé, qui a un impact positif non négligeable sur nos performances professionnelles et notre sécurité sociale », déclare Antoine Geerinckx.

Spin-off de CO2Logic
Depuis plus de onze ans, CO2Logic aide les entreprises et les organisations à calculer et à réduire leurs émissions de CO2, d’autres gaz à effet de serre et de nombreuses autres substances polluantes (indirectes). « Lorsque nous nous sommes rendus compte, l’année dernière, que peu d’entreprises s’attardent sur la qualité de l’air que les travailleurs respirent au travail, nous avons su que nous avions un rôle à jouer à ce niveau-là. La promotion de la santé, des performances et du bonheur au travail pour ceux que nous connaissons ou ne connaissons pas et qui nous tiennent à cœur furent autant de bonnes raisons pour créer Airscan, en tant que spin-off de CO2Logic. »

Plus d’infos

Vous trouverez plus d’infos sur Airscan et la qualité de l’air intérieur dans les infographiques ci-joints et sur www.airscan.org.
Contact : Antoine Geerinckx, fondateur d’Airscan et de CO2logic
antoine@airscan.org ou +32478413007

Airscan zet als spin-off van klimaatadviesbureau CO2Logic in op duurzame ontwikkeling

par | Mar 15, 2018

Bioterra startte in juni een nieuwe fysicochemische installatie op in Genk. Die dient naast bodemverwerking ook voor afvalstoffenrecyclage. Ze is volledig in-house ontwikkeld en moet het bedrijf ook in het buitenland verder laten groeien.

CEO Emmanuel Maes, minister-president Geert Bourgeois, Genks burgemeester Wim Dries en Chris Danckaerts van nv De Scheepvaart mochten de nieuwe installatie officieel in gebruik nemen. Aan die opstart is een intensieve ontwikkeling van vier jaar voorafgegaan. “We ontwikkelden ze dan ook volledig zelf, met eigen mensen en eigen kennis”, zegt Wouter Vermin, directeur van Bioterra. “Het is goed dat we er vier jaar over hebben gedaan, want we hebben nu de zekerheid dat we met een innovatieve mix van technieken het onderste uit de kan hebben gehaald.”

VALORISEREN EN RECYCLEREN

De nieuwe fysicochemische installatie ligt op het hoofdterrein van Bioterra in Genk. Vermin legt de schematische werking uit: “Iedere ingaande stroom wordt opgesplitst in veertien uitgaande stromen. We satureren de ingaande grondstof eerst volledig met water en splitsen ze dan, gebruikmakend van de deeltjeseigenschappen van de aanwezige materialen, op met onze technieken op basis van onder andere densiteit, magnetisch vermogen, korrelgrootte, vlottend vermogen en centrifugaalkrachten. Dan bekijken we op het einde van het proces welke materialen we onmiddellijk kunnen valoriseren en welke we nog verder kunnen recycleren. Plastics die gemakkelijk drijven, komen bijvoorbeeld apart uit de machine.”

De investering van Bioterra is een antwoord op de groeiende uitdagingen op de Vlaamse bodemmarkt. Die gaat al een tijdje in dalende lijn. De Waalse markt is momenteel nog interessant, maar Vermin ziet daar op termijn dezelfde tendens. Daarom richt Bioterra zich meer op het buitenland en op recyclageactiviteiten. “De afvalmarkt zal wel standhouden, en misschien nog groeien door de grotere focus op recyclage en het groeiend besef van het milieubelastend karakter van welbepaalde afvalstromen. Daarom gaan we ook van een pure grondreinigingsinstallatie naar een machine die eveneens mineraal afval kan verwerken.”

BINDING MET HET WATER

De verwerkingsmogelijkheden in Vlaanderen zijn ook bruikbaar voor het buitenland, waar die technieken niet ter beschikking zijn. “Sinds 2007 zijn we exponentieel gegroeid onder de vleugels van Group De Cloedt, in eerste instantie door de afvalstromen van de milieubaggerwerken van Group De Cloedt te behandelen. Zo heeft Bioterra nu zes sites – naast Genk ook in Meerhout, Dilsen-Stokkem, Puurs, Floreffe, Nanterre in Frankrijk en binnenkort een nieuwe locatie in Kopenhagen – die allemaal langs belangrijke waterwegen liggen. Dat is een uitgesproken visie, ook omdat onze moedermaatschappij veel watergebonden activiteiten heeft. De andere Belgische sites zijn wel vooral overslagplatformen.

Wat we daar kunnen verwerken, doen we ook, maar materiaalstromen die nat gescheiden moeten worden, gaan via het water naar onze hoofdsite in Genk.”

Extra logistieke oplossing

Bioterra investeert via Group De Cloedt ook in een tiental kleinere duwbakken van 300 ton die op de kleinere, moeilijker bevaarbare waterwegen kunnen worden ingezet, zoals de Zuid-Willemsvaart of het kanaal Leuven-Dijle. Zo biedt het bedrijf een extra logistieke oplossing aan potentiële klanten. “Commercieel gezien interessant, zeker met de invoering van tolwegen op onze autosnelwegen en de overbelasting van het wegverkeersnet”, zegt Vermin.

Pin It on Pinterest

Share This